Quelle relation avez-vous à l’argent ?

Ah l’argent … Quel sujet sensible ! Et tout autant quand on est engagé au quotidien et que l’on cherche justement à vivre de cet engagement.

C’est une question d’autant plus fondamentale si vous souhaitez appliquer cet engagement au secteur de l’ESS et plus précisément à l’associatif. Vous le savez sans doute, l’économie sociale rassemble 4 catégories d’organisations : les coopératives, les fondations, les mutuelles et les associations. Toutes ces structures ont pour point commun d’avoir une mission sociale. La lucrativité est ainsi supplantée par cette contribution à un projet de société (environnement, emploi, tourisme, vie culturelle, jeunesse… larges sont les thèmes couverts). Le deuxième point commun est donc les finances ! Les budgets sont limités dans l’ESS  et de ce fait les salaires…

Ikigai
IKIGAI de Mon job de Sens

Vous connaissez sans doute déjà ce visuel : l’IKIGAI. Concept japonais illustrant les conditions pour trouver votre “joie de vivre” et “raison d’être” (littéralement IKI et GAI). 

Même lorsque l’on cherche à se détacher des choses matérielles, que le salaire n’est pas un facteur de motivation professionnelle, il n’en reste pas moins que l’argent sert encore à s’acheter à manger et à payer le loyer (ou le crédit).

Dans un projet de transition professionnelle, les doutes et peurs liés à l’argent sont nombreux. Pour prendre du recul et faire le point sur sa relation à l’argent, voici quelques conseils proposés par Céline Julien, coach chez Mon Job de Sens.

Le but ? Comprendre l’origine de nos peurs / blocages pour mieux les dépasser.

Etape 1 : Observer son environnement

Pendant une semaine, observer les réflexions qu’on entend autour de soi, de nos proches autour de l’argent, mais aussi celles qu’on fait nous-même. Rechercher les petites phrases du type : « ça coûte la peau des fesses », « le porte-monnaie n’est pas extensible », « un sou est un sou », « l’argent ne fait pas le bonheur », etc.

Etape 2 : Se demander comment ces réflexions impactent vos décisions, vos projets ?

Dans une étape de votre projet, quand il y a une émotion liée à l’argent, prenez le temps de vous demander :

1.      Est-ce que cela m’appartient ? Est-ce que ce sentiment que j’ai vient vraiment de moi ? Est-ce intrinsèque à ma personne ?

2.      Est-ce un écho de ma culture familiale ? Ai-je cette pensée automatique par réflexe, par habitude ? Parce que j’ai toujours entendu cela dans ma famille ?

3.      Est-ce juste le problème de l’autre ? Est-ce que l’émotion que je ressens n’est pas simplement le reflet des angoisses de mon interlocuteur ? Celui-ci n’est il pas en train de projeter sur moi ses propres émotions (peurs par exemple) liées à l’argent ?

Trier l’information autour de ce sujet permet de prendre de la hauteur.

Etape 3 : En fonction de la situation, agir en conséquence

Cas n°1 : La peur est directement liée à vous, votre personnalité, caractère. Osez affronter votre peur.

Cas n°2 : Prendre conscience que votre vision de l’argent est liée à votre culture familiale et que c’est un héritage que vous pouvez choisir de prendre ou pas, selon s’il vous dessert ou non. Faire la part des choses.

Cas n°3 : Reconnaître la peur de l’autre, et apprendre à s’en détacher avec bienveillance. « OK, je comprends que ça te fasse peur parce que tu as vécu ça et ça, mais je ne souhaite pas reproduire ce schéma car il ne me concerne pas et ne m’est pas utile ». 

Byron Katie, conférencière américaine, associe nos peurs à des « valises ». En identifiant celles qui sont à vous, vous serez également capables de rendre les valises qui ne sont pas les vôtres à leurs propriétaires.

Avez-vous besoin d’être accompagné.e pour trouver comment vivre de votre engagement ? Le parcours Ikigai est fait pour vous. En collectif ou en individuel, nous sommes là pour vous.

Et si vous avez besoin d’un accompagnement spécifique sur la question de l’argent, nous pouvons vous proposer un accompagnement individuel sur cette question. >> Solliciter une séance de coaching dédiée <<

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *